Actualités

Partager sur :

Confinement, emprisonnement, un parallèle trompeur

28 juillet 2020 Association
Vue 178 fois

Comme le dit Emilie Piouffre (Genepi, Poitiers, 2007, 2008)

« Je pense qu’il y a des parallèles qu’on ne peut pas faire. Ce n’est pas la même chose d’être confiné, et être un numéro d’écrou, de n’avoir plus de responsabilité, d’être enfermé 22h/24 en cellule à trois dans 9 m2 dans des conditions d’hygiènes douteuses. Et puis ce qui est différent c’est que l’on met les gens en prison pour protéger la société. Le confinement, c’est le contraire : on restreint notre liberté en mettant en avant que c’est pour nous protéger. » Lire son interview.

 

Et plus difficile encore : l’emprisonnement en période de pandémie:

  • Restriction drastique des activités (y compris celles permettant au détenu-e d’avoir un revenu) ou des visites
  • Contexte anxiogène, rendant tout un chacun perméable à toute information qui pourrait être un hoax…

Des mesures palliatives ont été implantées ou testées :

  • Libérations anticipées pour réduire la promiscuité (voir cet article sur la surpopulation)
  • Distribution d’ordinateurs portables pour des visites virtuelles en prison…

 

Confinement, pandémie, emprisonnement : un mélange antagoniste qui a poussé à aller chercher des réponses en dehors des schémas habituels.




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.